Des personnes inspirantes

Michelle Obama : une personne en devenir

C’est avec grand plaisir que j’ai découvert le livre autobiographique de Michelle Obama : Devenir.

Je craignais au début que ce dernier soit essentiellement centré sur la vie de son mari. Cependant, même si le parcours de ce dernier a impacté considérablement la vie de Michelle Obama, cette dernière évoque ses expériences et ses sentiments pour s’adapter à son destin hors du commun.

Elle raconte sa jeunesse, son parcours, son rôle de mère puis celui de première dame. Elle a su identifier les éléments de sa vie qui l’ont aidé à se construire et à réussir dans ses différents rôles.

Cet article n’a pas pour vocation à être une critique littéraire. En effet, il s’agit d’une analyse des moyens / qualités mis en oeuvre par Michelle Obama pour devenir l’icône qu’elle est aujourd’hui.

Il est aisé de s’accrocher à ses stéréotypes et ses idées préconçues, on se sent ainsi rassuré dans sa propre ignorance.

Michelle OBAMA

Bonne lecture 😉


Donnez de la visibilité à votre activité en augmentant le nombre de vos visiteurs. Découvrez notre service d’écriture d’articles.


Le jeunesse de Michelle Obama

L’environnement

Michelle Robinson est la cadette d’une famille de deux enfants. Elle a grandit dans le South Side de Chicago dans un petit appartement au dessus de sa grande tante Robbie.

Son père Fraser était employé à l’usine de production d’eau potable et sa mère Marian était mère au foyer. Elle entretient une relation complice avec son grand frère Craig, très sportif. Ses parents ont l’esprit de famille ; ainsi, il n’est pas rare pour Michelle de se retrouver chez ses grands parents ou chez ses oncles et tantes entourée de tous ses cousins et cousines.

Certains membres de sa famille tiennent encore un discours anti-blanc qui provient en partie de l’héritage de l’esclavage aux Etats-Unis. Cette idéologie est accentuée par la discrimination faite à cette époque qui empêche, entre autre, à la population noire d’accéder à certains postes et donc d’élever leur statut social.

Pendant sa jeunesse, elle observe son quartier devenir de moins en moins fréquentable. Cela passe au début par le départ de nombreuses familles dont plusieurs de ses amies. Ensuite, elle est témoin de la ségrégation raciale lorsque son frère, par exemple, se fait interpeller à tort avec son nouveau vélo. Cet environnement lui permettra ensuite de représenter certaines minorités.

Par la suite, une sclérose en plaque fut diagnostiquée à son père. Michelle Obama évoque l’évolution de la maladie de manière épisodique. Elle souligne surtout que malgré la douleur et son invalidité grandissante, son père ne s’est jamais plaint, a refusé tout traitement et n’a jamais manqué un jour de travail (sauf lorsque la maladie a atteint un stade trop avancé).

L’idéologie

En observant l’environnement dans lequel a grandi Michelle Obama, il est plus facile de comprendre certains de ses traits de caractère.

Tout d’abord, elle se décrit comme quelqu’un de très organisé, qui planifie pratiquement tout ce qu’elle entreprend. Elle fait d’ailleurs souvent la métaphore d’une liste à cocher lorsqu’elle évoque son parcours.

Ses parents lui ont inculqué la valeur du travail. Bonne élève à l’école, elle s’investit beaucoup dans tout ce qu’elle entreprend. Michelle Obama ne supporte pas l’échec et évoque ainsi plusieurs situations dans lesquelles elle s’est donnée les moyens d’atteindre ses objectifs malgré les difficultés.

Elle relate également un entretien avec une conseillère d’orientation qui, d’après ses origines, lui fait part de ses réserves quant à sa capacité à intégrer l’université de Princeton. Dans les faits, elle démontre que ces situations ne vont qu’accentuer sa pugnacité et sa capacité à mettre en place les éléments nécessaires à la réussite de ses projets.

Au travers du discours de ses proches ou d’après les signaux que lui renvoyaient son environnement, Michelle Obama a l’impression de faire partie d’une minorité qui doit prouver sa valeur. Elle emploie d’ailleurs de manière assumée souvent les termes de « femme noire » évoluant dans des environnements d' »hommes blancs ». Ce sentiment l’a amené à vouloir réussir tout ce qu’elle a entrepris afin de donner tort à l’opinion publique.

Sa jeunesse lui a également inculqué l’esprit de famille. Elle a toujours été entourée et soutenue par ses proches. Par la suite, elle reproduira le même schéma avec ses enfants. Elle essayera de les préserver au maximum malgré leur situation de première famille des Etats-Unis, tout en essayant de leur transmettre les valeurs auxquelles elle est attachée.

Le cursus scolaire

Michelle Obama réalise son cursus secondaire à la Whitney M. Young Magnet High School de Chicago.

Elle intègre ensuite l’Université de Princeton où elle obtient un diplôme en sociologie (donnant ainsi tort à la conseillère d’orientation). Elle s’investit beaucoup dans la vie communautaire des afros américains.

La seule limite à la hauteur de vos réalisations est la portée de vos rêves et votre volonté de travailler dur pour les réaliser.

Michelle OBAMA

Enfin, elle obtient en 1988 le grade de « Juris Doctor » dans la faculté de droits de Harvard.

Michelle Obama démontre donc, en cette période d’évolution des mentalités aux Etats-Unis, que grâce à de l’investissement, de la motivation et de l’opiniâtreté, il est possible de réaliser des projets ambitieux.

Son investissement dans la vie associative montre à nouveau qu’elle est accrochée à ses valeurs et qu’elle se donne les moyens de les faire vivre.

Le début de la vie active de Michelle Obama

Après ses études, Michelle Obama rejoint le cabinet d’avocats Sidley Austin . Elle s’investit pleinement dans son poste afin, entre autre, de continuer à démontrer qu’une femme noire est tout aussi compétente que les autres.

C’est d’ailleurs au sein de ce cabinet qu’elle fait la connaissance de Barack Obama, qui est alors son stagiaire. Ils se marient en 1992.

Michelle Obama - Clever Culture

Un élément notable de cette expérience est que malgré tous les aspects extérieurs de réussite sociale, Michelle Obama ne se sent pas épanouie. En effet, elle réalise qu’elle a pour l’instant uniquement réalisé le parcours de la réussite par excellence mais sans se poser de questions sur ce qu’elle aime vraiment. Beaucoup de personnes vivent malheureusement cette situation et je n’ai pas dérogé à la règle. Pour l’éviter, il est nécessaire de bien se connaître. L’article Comment trouver sa voie professionnelle vous donne des pistes de réflexion.

Suite à cela, elle préfère s’orienter dans une carrière qui a plus de sens à ses yeux. Elle intègre ainsi une association à but non lucratif qui encourage la vie associative des jeunes. Par la suite, elle travaillera pour l’Université de Chicago pour laquelle elle développera un centre de service communautaire.

En parallèle, Michelle Obama occupe le poste d’assistante du maire démocrate de Chicago Richard M. Daley.

Je trouve que ce parcours représente un bel exemple d’une personne qui a eu la force de privilégier des valeurs et des convictions par rapport à un rang social offrant des avantages non négligeables.

Devenir une personnalité publique

Michelle et Barack Obama donnent naissance à deux filles : Malia en 1998 et Natasha (surnommée Sasha) en 2001. Son mari s’investit pleinement dans sa carrière politique, il est sénateur dans l’Illinois de 1997 à 2004 puis au Sénat fédéral avant de se présenter à la présidence en 2008.

Michelle Obama n’appréciait pas vraiment la politique. En effet, cet aspect de la vie de son mari les obligeait à vivre souvent séparément, ce qui est en contradiction avec sa vision de la famille. Sur un commun accord, elle accepte cependant de soutenir ce dernier et de s’investir à ses côté lors de la campagne présidentielle.

Elle devient donc, malgré elle, un personnage public. Dans le livre, elle retranscrit avoir toujours essayé de tenir un discours de vérité sur le caractère et les valeurs de son mari. Elle sera inévitablement la cible de plusieurs attaques politiques, ce qui, au début, l’atteindra de manière personnelle.

Cette année fut une année charnière pour elle. En effet, Michelle Obama a développé / approfondi plusieurs compétences pour participer à son niveau à la campagne de Barack Obama (prise de parole, apprendre à écouter les autres, défendre des valeurs, manager un staff de campagne…).

Il n’y a pas de magie à accomplir. Il s’agit vraiment de travail acharné, de choix et de persévérance.

Michelle OBAMA

Elle a cependant tout fait pour préserver l’intimité et la stabilité de ses filles. On constate encore l’importance du nœud familial pour elle. La qualité première qui se dégage du sacrifice qu’elle a accepté de faire pour soutenir Barack est à mon sens l’abnégation. Et cela a payé…

Michelle Obama : la nouvelle première dame

Après l’investiture de Barack Obama, le livre prend une autre tournure. En effet, Michelle Obama livre aux lecteurs quelques coulisses de la présidence : la vie à la Maison Blanche, la surveillance des « secret agents », sa rencontre avec la reine Elisabeth II….

Elle dépeint également l’investissement total de son époux dans son nouveau rôle ainsi que le poids porté par cette responsabilité.

Michelle Obama - Clever Culture

Un élément qui revient à nouveau très fréquemment est sa volonté de préserver Malia et Sasha en essayant de leur offrir un semblant de vie normale.

Michelle Obama souhaite surtout profiter de son rôle pour réaliser les projets qui lui tiennent à cœur. Elle met en avant le statut un peu ingrat de première dame qui ne prévoit aucune fonction officielle mise à part sa présence à certains grands événements. Cependant, en 2010, le magazine Forbes la classe au premier rang de la liste des femmes les plus puissantes du monde.

Ainsi, elle développera son célèbre jardin potager à la Maison Blanche durant la grande époque des « fast-foods » pour sensibiliser les gens à l’importance du manger mieux. Michelle Obama parviendra d’ailleurs à faire évoluer les menus dans les cantines scolaires. En féministe convaincue, elle lancera également un programme permettant aux jeunes filles, partout dans le monde, d’accéder à l’éducation.

La biographie s’achève à la fin du deuxième mandat de Barack Obama. Michelle Obama, ayant soutenu Hillary Clinton, n’hésite pas a évoquer son sentiment envers Donald Trump avant de conclure.

Références et mot de la fin

L’élément que j’ai trouvé très intéressant à la lecture de cet ouvrage est la retranscription de l’état d’esprit et des priorités de Michelle Obama en fonction des différentes étapes de sa vie.

Durant sa jeunesse, son environnement lui a permis de développer un attachement à sa famille très fort. Cet aspect lui permet de mettre en avant l’importance d’être bien entouré et d’avoir des piliers. Cela représente un repli et un soutien inestimable qui permet de mieux faire face aux batailles de la vie.

Ensuite, le sentiment d’appartenir à une minorité l’a forcé à redoubler d’efforts pour prouver ce dont elle était capable. Elle a d’ailleurs brillamment atteint tous les objectifs qu’elle s’était fixée. Son parcours aurait été probablement différent si elle avait tout considéré comme acquis dès le départ. A travers cette forme de ségrégation, Michelle Obama a également trouvé les combats qu’elle voulait mener dans sa vie et les valeurs qu’elle voulait représenter.

Parmi les nombreux exemples évoqués, on constate qu’elle a fait preuve d’une grande pugnacité dans ses différentes entreprises. Cela lui a donné la force de continuer malgré quelques échecs. Lorsque Michelle Obama a décidé de s’investir pleinement dans le projet de son mari, elle a fait montre d’une incroyable abnégation qui a permis au couple d’accéder à la Maison Blanche et ainsi d’avoir un destin hors du commun.

Enfin et surtout, l’élément mis en avant qui a, à mon sens, le plus d’importance est la malléabilité de Michelle Obama. En effet, elle a su changer ses points de vue en fonction de l’évolution de ses situations personnelles et professionnelles. C’est ce qui lui a permis de « Devenir » la femme qu’elle est aujourd’hui. Nous traversons, au cours de notre existence, beaucoup d’épreuves et c’est notre ouverture d’esprit qui nous permet de devenir une personne meilleure chaque jour.

Je vous laisse un lien si vous souhaitez découvrir ce livre :

Et vous, que pensez vous du parcours de Michelle Obama ? Y a t-il pour vous d’autres éléments intéressants à souligner dans sa personnalité ? Exprimez vous dans les commentaires.

Vous avez aimé ? Merci de partager cet article et de vous abonner pour ne rien manquer.

Les sources de cet article : Devenirhttps://information.tv5monde.comhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Michelle_Obamahttps://fr.wikipedia.org/wiki/Barack_Obama

Photo de couverture et images :  https://www.ozap.comhttps://pixabay.com/fr

Citations : https://citation-celebre.leparisien.fr


Donnez de la visibilité à votre activité en augmentant le nombre de vos visiteurs. Découvrez notre service d’écriture d’articles.


Découvrez également les autres sujets traités par Clever Culture sur notre Blog

À bientôt et soyez heureux !

JB


Grâce à mon éducation, je n’ai pas seulement développé de compétences, je n’ai pas seulement développé la capacité d’apprendre, mais j’ai développé la confiance.

Michelle OBAMA

Des personnes inspirantes

Steve Jobs : Apprendre à croquer la pomme

A notre époque, lorsqu’on se lance dans le portrait des grands Hommes, il est difficile de passer à côté de Steve Jobs. En même temps, il est difficile de lui rendre hommage tant ce qu’il a réussi à accomplir est impressionnant.

C’est donc la main un peu tremblante que je vais essayer de synthétiser son oeuvre à la façon de Clever Culture. Je ne vais en effet pas m’attarder sur sa biographie, beaucoup d’excellentes sources sont déjà disponibles. L’objectif de cet article sera de réussir à identifier ses forces et les choses qu’il a déployé pour bâtir un tel empire.


Donnez de la visibilité à votre activité en augmentant le nombre de vos visiteurs. Découvrez notre service d’écriture d’articles.


Bonne lecture 😉

Les grandes réalisations sont toujours précédées par de grandes pensées

Steve Jobs

Steve Jobs – Avant propos et sources

Il y’a quelque chose d’ironique à ce que j’écrive un article sur Steve Jobs. En effet, je ne me suis jamais servi d’un Macintosh, d’un iPhone ou d’un autre produit Apple. Lorsqu’on m’en présente un, j’avoue ne pas encore savoir m’en servir (oui, je vais descendre la rue en me faisant huer à la façon de Cersei Lannister « Shame, Shame, Shame… »)

Ce n’est cependant pas une raison pour ne pas être impressionné par l’héritage laissé par Steve Jobs. En effet, à mon sens, la beauté de son oeuvre est d’avoir été capable de créer un empire en créant un besoin chez ses clients.

A l’instar de l’article rédigé sur Elon Musk, j’ai appris à connaitre Steve Jobs au travers de sa biographie : Steve Jobs

Couverture du livre de Steve Jobs par Walter Isaacson

J’en profite également pour mettre en avant les livres audio. Un site comme Clever Culture se doit de promouvoir les moyens de diffusion de la connaissance 😉 De plus, les biographies ont un superbe rendu avec ce format. J’utilise personnellement Audible d’Amazon car la bibliothèque est fournie (le lien proposé d’Audible est un lien partenaire, il offre un mois gratuit)

Le traumatisme de Steve Jobs

L’héritage de ses parents

Steve Jobs a eu beaucoup de difficultés à accepter le fait qu’il eut été adopté. Il a longtemps fait transparaître un mal être par rapport à son sentiment d’abandon.

Pourtant, ses parents adoptifs ont toujours été des personnes très aimantes et disponibles avec lui. Ils supportaient ses crises de colère, l’intégraient dans leurs activités (surtout son père) et ont investit une grosse partie de leurs économies pour ses études.

A l’adolescence, Steve Jobs développera néanmoins une quête d’identité profonde. Mettez tout cela dans le contexte « contre-culture » de cette période et vous obtenez quelqu’un de fortement rebelle, plutôt difficile à vivre.

Son père adoptif était cependant un artisan très talentueux. Il a appris à Steve Jobs le souci du détail et du travail bien fait.

Nous avons tous une phrase qui nous est resté de notre père. Pour Steve Jobs, cela semblait être « un bon artisan fait attention à tous les détails car même si ces derniers ne se voient pas, il sait qu’ils sont là« . Son père était un très bon mécanicien et menuisier. Ce principe a inspiré Steve Jobs dans la création de ses premiers ordinateurs car, sous le capot du Macintosh, tout était magnifiquement ordonné.

L’image parentale de Steve Jobs était donc particulière. D’un côté, il développa un mal être et un besoin de s’affirmer pour combler son sentiment d’abandon (il abandonna d’ailleurs sa première fille). D’un autre côté, il reproduira à son paroxysme le goût de la perfection qu’avait son père adoptif. Était-ce là sa façon de lui rendre hommage?

Steve Jobs
Source : dirprodformations.fr

Les pirates

C’est plus marrant d’être un pirate que de s’engager dans la marine

Steve jobs

Sa quête d’identité l’a amené jusqu’en Inde pour rencontrer un gourou. Il avait de plus un goût affirmé pour les substances psychédéliques et suivait un régime alimentaire vegan très strict.

Il était d’ailleurs persuadé que ce régime empêchait son corps de produire des toxines. Ainsi, il ne se lavait donc plus ou peu car il n’en voyait pas l’intérêt. Après tout, pas de toxine, pas de mauvaise odeur. Lorsqu’il travaillait chez Atari, on le mit seul en poste de nuit pour que son odeur n’importune pas les autres employés.

Steve Jobs était également un fan inconditionné de Bob Dylan. Plus tard, il le rencontra à plusieurs reprises et le convaincu de diffuser son oeuvre dans l’itunes. Personnellement, je l’envie d’avoir réussi à rencontrer son idole et d’avoir eu des échanges aussi riches avec.

Celui qui n’est pas occupé à naître est occupé à mourir

Bob Dylan

Ces différents éléments ont fait naître en Steve Jobs un caractère anticonformiste. L’image rebelle d’Apple à ses débuts reflétait complètement sa façon de penser.

Il se qualifiait, avec son équipe, de pirates.

La première publicité du Macintosh diffusée lors de la finale du Superbowl de 1984 devait donc être « aussi révolutionnaire et époustouflante que ce qu’il avait créé« .

C’est cadeau :

Publicité du Macintosh diffusée lors de la finale du Superbowl en 1984. Source : www.youtube.com

Pour la suite, Steve Jobs aura du mal à cultiver cette image rebelle. En effet, il est difficile de s’opposer au capitalisme lorsqu’on est à la tête de l’une des entreprises les plus rentables du marché boursier.

Valeur de l’action d’Apple (en $) en fonction des années
Source :
http://www.aventure-apple.com

Steve Jobs – Du rebel au PDG

Une alliance

Comme beaucoup de textes le relatent, Apple est né de l’association de deux hommes : Steve Jobs et Steve Wozniak. L’un excellait en électronique et l’autre en marketing. C’est cette alliance qui permit à Apple de se démarquer à ses débuts.

Steve Wozniak
Steve Wozniak en 2005
Source : fr.wikipedia.org

Cependant, leur façon de penser divergeait. Steve Wozniak est une personne avec le cœur sur la main, il militait pour que le Macintosh soit un système ouvert et accessible à tout le monde.

Steve Jobs a quant à lui, toujours milité pour des systèmes fermés. En effet, personne ne devait pouvoir « polluer » sa création. Il possédait de plus une accointance pour le commerce. L’ouverture du système fut par la suite la grande différence entre Apple et Microsoft. A la fin de la vie de Steve Jobs, Bill Gates a d’ailleurs dit que le système fermé d’Apple avait fonctionné uniquement grâce à la personnalité de Steve Jobs.

Steve Wozniak quitta Apple douze ans après sa création mais resta un des plus grands fans de la marque. Il met d’ailleurs un point d’honneur à faire la queue devant les boutiques Apple lors de la sortie d’un nouveau téléphone.

Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre

Steve Jobs

Il y’a un élément que je trouve incroyable : Apple fut fondé en avril 1976 et la marque plaça alors une cinquantaine d’ordinateurs chez un revendeur. Cependant, à la fin de la même année 1976, grâce à un investisseur, Apple engendra son premier million!

Ceci est un exemple très parlant du talent de Steve Jobs pour le marketing et pour la persuasion au travers son « champ de distorsion« .

Le champ de distorsion

Le livre de Walter Isaacson fait très souvent allusion au champs de distorsion de Steve Jobs. Il explique que lorsque ce dernier était persuadé de quelque chose (réel ou non), il le défendait avec une telle ferveur que son interlocuteur finissait par y croire.

Son équipe s’en amusait. En effet, lorsqu’on connaissait son champ de distorsion, il était possible d’en sortir simplement en donnant raison à Steve Jobs. Cependant, les nouvelles recrues se faisaient forcément avoir une fois.

Steve Jobs
Source : www.cadre-dirigeant-magazine.com

Une facette du personnage qui pouvait être irritante est son appropriation des idées. Régulièrement, lorsqu’une idée lui était soumise, Steve Jobs l’écartait simplement avec son légendaire « C’est de la merde« . Cependant, il revenait le lendemain en se vantant d’avoir eu une superbe idée… celle écartée la veille. Si on avait le malheur de lui rappeler l’origine de l’idée, alors son champ de distorsion agissait dans toute sa splendeur.

J’avoue avoir du mal à analyser cela. Steve Jobs était quelqu’un d’intelligent. Était-il donc conscient qu’il défendait parfois bec et ongles des éléments inventés ? Dans ce cas, son génie fut d’accepter de mettre en péril sa crédibilité pour arriver à ses fins.

Ou était-il tellement imbu de sa personne que ce qu’il pensait était forcément la réalité et la vérité ?

Quoi qu’il en soit, cette force de persuasion a fortement participé à la grandeur des entreprises de Steve Jobs.

Partagez cet article sur Pinterest

Lorsque la technologie rencontre l’art

Steve Jobs était un perfectionniste. Il participa à des cours de calligraphie au Reed College. Lorsqu’il vit ces symboles parfaitement déssinés et les espaces minutieusement respectés, il eu une révélation et tomba amoureux de l’art.

Par la suite, il appliqua cette philosophie à tous ses produits. Des lignes épurées, rien de superficiel, aucun détail laissé au hasard… c’est ce qui fait aujourd’hui le charme d’Apple. Lorsque les gens achètent Apple, ils achètent une oeuvre d’art.

Pour arriver à cela, ses équipes ont eu affaire à un chef pugnace et très perfectionniste. Il faisait attention à tout et pouvait passer des heures sur un simple détail. Cela n’a pas du être facile tous les jours pour les salariés d’Apple…

Au final, Steve Jobs sera parvenu à insuffler cette âme à Apple : des produits performants, simples et beaux … rien de plus, rien de moins.

Cette rencontre entre la technologie et l’art, Steve Jobs parviendra à nouveau à la sublimer avec Pixar. Le rendu était tout simplement bluffant (et l’est encore).

Steve Jobs
Source : www.lefigaro.fr

Un monde en noir et blanc

Aux yeux de Steve Jobs, vous ne pouviez qu’appartenir qu’à deux catégories : soit vous étiez un génie, soit vous étiez un con.

Du coup, je me demande, était-il un bon manager ? Un homme inspirant ? Beaucoup de personnes ont quitté Apple. D’autres rapportent que ce comportement leur a permis de se surpasser.

Je pense que cela devait dépendre de l’image que l’on avait de Steve Jobs. Si on connaissait le personnage et qu’on l’idolâtrait, alors on devait tenter de lui plaire en se surpassant. Un concours avait même été organisé au sein de son équipe : le gagnant était celui qui lui tiendrait le plus tête.

IlS avait enfin le flair pour recruter les talents. Un jour, un candidat pour un poste chez Apple avait fait un flop lors de ses entretiens à cause de sa timidité. Steve Jobs l’avait croisé sur une chaise dans un couloir et lui avait demandé ce qu’il savait faire. Le candidat lui avait alors montré son programme, un ancêtre d’Adobe, et il fut embauché.

The show must go on

La création d’un besoin

Souvent, les gens ne savent pas ce qu’ils veulent jusqu’à ce que vous leur montriez

Steve Jobs

Cette citation résume à merveille une autre raison du succès d’Apple, la marque a su proposer des produits nouveaux et les rendre indispensables.

A l’instar d’Henry Ford avec l’automobile, Steve Jobs a su introduire Apple dans énormément de foyers. Il a ainsi pu profiter de l’avènement de l’ère numérique et des innovations très rapides dans le domaine.

Lorsqu’un secteur est en plein essor, il est alors possible de façonner le paradigme. Steve Jobs a ainsi senti venir le succès restreint du Netbook et a proposé la première tablette sans stylet.

Quelles sont les raisons de ce succès ? Je pense que la qualité et l’esthétique des produits ont joué énormément. De plus, le système fermé d’Apple a contribué à un sentiment d’appartenance auprès des utilisateurs. Ajoutez à cela le génie de Steve Jobs en marketing et nous obtenons une des plus grandes entreprise mondiale.

Clin d’œil aux entrepreneurs : ce doit quand même être génial de lancer sa marque et ses produits sans passer par la phase étude de marché et recherche de persona… et en plus de faire un carton 😉

Créer l’événement

Chaque lancement d’un nouveau produit Apple était (est) un événement.

Steve Jobs et le Macintosh
Source : www.theverge.com

Reprenons l’exemple du Macintosh, Steve Jobs a dévoilé son produit avec une campagne marquante lors de la finale du Superbowl! J »avais d’ailleurs envoyé le slogan de Clever Culture aux organisateurs des JO, je n’ai rien vu par la suite 🙁

Le succès de ses annonces était du, à mon sens, à deux éléments :

  • l’aura du personnage et son savoir faire dans la mise en scène
  • les innovations attendues par le public

Steve Jobs aimait présenter toutes les fonctionnalités de ses produits en proposant des scènes du quotidien. Il aimait également associer humour, ton décalé et références. C’est lors de ces conférences qu’il a d’ailleurs introduit sa fameuse phrase « Ha, encore une dernière chose…« 

L’innovation distingue clairement le leader du suiveur.

Steve jobs

Ensuite, il suffisait de laisser faire les journalistes. Entre les ovations et les articles acerbes, Apple faisait parler et suscitait donc l’intérêt…

Je trouve cette manière de procéder plutôt géniale. Il existe des produits géniaux mais sans succès car méconnus et des produits médiocres qui ont du succès grâce à une bonne communication. Les produits de Steve Jobs savaient combiner les deux.

Laisser sa trace

Steve Jobs a donc réussi à avoir autant de notoriété que Billl Gates ou Marc Zuckerberg. Ils ont d’ailleurs tous dîner avec Barack Obama pour aborder entre autre le sujet de l’éducation aux Etats-Unis.

Steve Jobs appréciait beaucoup Barack Obama. Il déplorait cependant que le président ne soit pas suffisamment libre d’agir à cause des divergences au sein de la maison blanche.

Steve Jobs lors du diner des rois avec le président Obama
Le dîner des rois (Steve Jobs est à la droite d’Obama) – crédit : La maison blanche

Les marques Apple ou Pixar ne se présentent plus. Elles ont une renommé mondiale. Steve Jobs aura donc réussi à construire des entreprises rentables et durables qui ont perduré après sa mort.

Source : www.zdnet.fr

Enfin, Steve Jobs sera devenu un modèle pour beaucoup. Aujourd’hui, son parcours, ses répliques et ses discours continuent à inspirer.

Malgré son caractère tranché et brut aux premiers abords, il était quelqu’un de profondément amoureux de l’art, de la technologie et de ses créations. Cet amour et sa passion lui ont permis de convaincre et d’insuffler une âme à ses produits.

Redécouvrez le magnifique discours de Steve Jobs donné à Stanford en juin 2005 :

Discours de Steve Jobs donné à Stanford en juin 2005 – Source : www.youtube.com

Le mot de la fin

J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir la vie de Steve Jobs, autant le personnage que le chef d’entreprise. Si vous souhaitez approfondir le sujet, voici le lien vers sa biographie : Steve Jobs par Walter Isaacson

Je sais que beaucoup d’articles excellents existent déjà et j’espère que vous avez apprécié ce regard croisé.

Ha, encore une dernière chose 😉 je vous invite à découvrir nos autres articles sur notre blog ainsi que notre ebook qui vous accompagnera dans votre recherche du bonheur.

Merci beaucoup pour votre lecture ! N’hésitez pas à partager et à vous abonner.


Donnez de la visibilité à votre activité en augmentant le nombre de vos visiteurs. Découvrez notre service d’écriture d’articles.


La photo de couverture provient du site : pixar-planet.fr

A bientôt et soyez heureux !

JB

Se souvenir que je serai mort bientôt est l’outil le plus important que je connaisse pour m’aider à prendre de grandes décisions dans la vie. Parce que presque tout – toutes les attentes, toute la fierté, toutes les craintes d’échec -, toutes ces choses disparaissent face à la mort, vous laissant seul face aux choses vraiment importantes. Se souvenir que vous serez bientôt mort est le meilleur moyen d’éviter le piège de penser que vous avez quelque chose à perdre. Vous êtes déjà nu. Il n’y a aucune raison de ne pas suivre votre cœur. Restez affamés, restez fous

Steve Jobs
Des personnes inspirantes

Mamie

Mamie…

A l’ombre des projecteurs et bien loin de l’ère numérique se cache des personnes émérites. Nous mettons beaucoup d’intérêt envers des personnalités publics qui ont accomplis de grandes choses. Et cela n’est pas à blâmer évidemment.

Prenons le temps de penser aux personnes qui nous inspires profondément.

Prenons le temps d’observer notre environnement direct.

Je me suis posé la question longuement.


Donnez de la visibilité à votre activité en augmentant le nombre de vos visiteurs. Découvrez notre service d’écriture d’articles.


Qui m’inspire ?

Approchant la trentaine, l’unique réponse surgissant du fond de mon cœur fut Mamie.

Les ainés pour moi sont des personnes enrichissantes qui ont traversé les épreuves, les saisons, les années.

Ils détiennent LA sagesse que seul le temps a permis d’acquérir. Ils détiennent aussi la richesse d’avoir grandis dans un monde déconnecté, une vie en noir et blanc avec toutes ses nuances infinies de gris.

Ma grand-mère a moi à vécu la deuxième guerre mondiale.

Ma grand-mère a moi à beaucoup ris, beaucoup donné, beaucoup perdu mais n’a jamais pleuré.

Ma grand-mère est une femme ordinaire.

Mamie dans un sombre contexte  

L’annexion de la Moselle pour la seconde fois à lieu en 1940. Le Reich s’accapare le territoire pendant quatre longues années synonymes d’oppression et de souffrance. Certains Mosellans sont expulsés. Certains disparaissent. Certains hommes sont envoyés à combattre pour le front allemand malgré eux, les malgré nous.

La vie devient une répression brutale à Metz où la gestapo mets en place une germanisation non discutable pour le peuple. Les français se plient à ce nouveau gouvernement totalitaire et violent.

Au milieu de cette nuit froide de novembre 1944, quelqu’un tambourine à la porte. Metz est endormi pourtant il est l’heure de partir. Urgemment. En 10mins les parents rassemblent le nécessaire ; du lait, des couvertures et un poulet. Mamie, âgée de 9ans, s’occupe de ses frères et sœurs, accompagné de son seul et unique bien, un poupon.

L’air est glacial, les bombardements fréquents. La famille fuit chez des proches quelques kilomètres plus loin. Mamie, dans un souvenir douloureux et précis évoquent à quel point il fut triste pour elle d’abandonner cette grosse et belle maison, pleine de vie et d’animaux. Une vie simple et modeste, bombardée quelques instants après leurs départs.

Mamie évoque avec précision, la voix un peu tremblante mais toujours dans une éloquence maîtrisée, un pont qui fut détruit juste après leurs passages. Elle se souvient exactement avec horreur du bruit, de l’odeur et des corps. Allemands et Américains se canardaient tel une partie de tennis de table avec comme support la ville de Metz et ses civils. 

La ville est libérée le 22 novembre 1944. Nombreuses sont les victimes et plusieurs communes mosellanes sont complétement détruites.

Mamie se souvient être retournée dans les ruines de sa maison. Il ne restait plus grand chose. Des murs figés par la violence de la fin de la guerre. Le pendule à coucou ne saluera plus personne ici. L’attention de Mamie est retenue sur les portraits individuels en noir et blanc de sa famille. Le sien est perforé au niveau de son front par une balle perdue. Cette image restera indélébile.

L’après-guerre est une période difficile où tout est à reconstruire. Les traumatismes ne partiront jamais, occupant une infime partie de Mamie et de toutes ces personnes ayant vécus l’épouvantable.

Nous sommes pour – la plupart – très étranger à la guerre. Nous ne sommes que concernés par ce que les différents médias nous laissent entrevoir, par ce que certaine rencontre nous rapporte.

Serions-nous prêts à résister moralement à tant de répression ?

Serions-nous prêts à accepter que la vie ne se prévoit qu’au moment présent et qu’elle ne se vit qu’à l’instant ?

Dans cette situation Mamie a toujours eu la force en elle de voir le positif, même quand le beau s’est dissout.

Une vie de simplicité

Mamie sait percevoir les rayons du soleil dans un ciel nuageux. Mamie ne vas jamais s’accabler ; elle accepte, et se laisse porter par le courant jusqu’à ce que le calme revienne. Il ne faut jamais renoncer, jamais se lamenter. Les états d’âmes sont pour elle sont une faiblesse de riche, un luxe que les gens s’offrent.

Passer du temps à la campagne, et garder les moutons, perdue dans les montagnes. Tricoter et traire les vaches dans la beauté de l’Alsace bossue. Mamie se sent légère et libre, délestée de toute contraintes.

L’air est léger, les rayons du soleil tiennent chaud. Il fait si bon d’être ici à observer ce tableau grandiose que nous offre la nature. Mamie gardera pour toujours une douce sensibilité aux choses si simples ; un bourgeon de fleur, le cri du rossignol, une mirabelle dans un arbre et le coucher du soleil.

Mamie a été scolarisé que très peu de temps. Elle a dû arrêtée l ‘école à 12ans lorsque celle-ci n’était plus obligatoire. Elle a assumé dès son plus jeune âge une forte charge de travail pour aider sa mère à la maison. Elle a ainsi contribué aux tâches ménagères et à l’éducation de ses quatre frères et trois sœurs. Elle n’a jamais eu grand chose mais n’a jamais manqué de rien. Ils ont grandi ainsi dans la plus grande simplicité et ont quittés le nid petit à petit.

Nous sommes dans les années 60. L’émancipation de la femme est en plein progrès.

Archive familiale

Elles se coupent les cheveux et les jupes raccourcissent.  Cela dit, les mœurs sont encore bien ancrées et l’ordre morale est toujours présent même s’il est moins revendiqué ; une jeune femme doit se préserver et ne pas nuire à l’image familiale. Nous sommes ainsi confrontés à un modèle de conduite et à un désir de liberté sexuelle. Il est difficile de se détacher de l’image de la jeune fille qui attends de se marier pour devenir une femme légitime. Il est difficile voir indigne d’être décomplexé sexuellement et donc de fréquenter quelqu’un sans aucun intérêt de serment.

Mamie a choisi Papi, son bel homme qui ne vivait pas loin de chez eux. Elle avait un œil sur lui depuis quelques temps. Mamie arrive toujours à obtenir ce qu’elle désire. Et naturellement, elle a conquis Papi.

Ils allaient souvent au bal les dimanches après-midi. A l’époque, le bal est un espace de rencontre offrant une relative liberté entre les sexes de se séduire.

Bien qu’attaché à ses taches de femme au foyer et mère de famille, elle a choisi de travailler.

Elle était factrice. La factrice. Mamie, pour sa tournée, à marché par tous les temps ; qu’il vente, qu’il neige, été comme hiver. Elle a arpenté les rues de Faulquemont, Créhange de long en large en travers faisant jusqu’à 20kms pour distribuer le courrier et aller au contact des habitants. Elle les connait encore par cœur, même si la plupart sont décédés depuis longtemps. L’utilisation d’une motocyclette noire viendra la soulager quelques temps plus tard.

Elle a élevé deux belles filles, devenu à leur tour maman.

Mamie c’est le cœur de notre famille, l’élément rassembleur.

Mamie elle ne comprends pas les nouvelles technologies. Mamie ne comprends pas les SMS, ne sait pas ce qu’est un email et ignore l’existence d’Instagram. Mamie vit les saisons, les températures. Mamie sème le jardin et le récolte. Mamie prends soin de ses meubles en merisier et cuisine dans des contenants antiques. Elle ne comprend pas pourquoi la banquière ne la connait pas, pourquoi la boucherie a fermée et donne 5euros au facteur quand elle reçoit un colis. Mamie apprivoise tous les animaux qui se trouvent dans son jardin et connaît chaque oiseau qui vient manger les graines déposées sur le bord des fenêtres. Mamie fait des gâteaux tous les dimanches même si personne ne vient, elle sera toujours prête à recevoir.

L’amour, l’altruisme, la gaité et la ténacité ; voilà ce qu’elle est.

Évidemment il y a eu des zones d’elle plus sombre, plus triste et plus dure. Il serai impudique et indélicat d’en faire référence. Il serai aussi contraire au message qu’elle nous renvoit ; aller TOUJOURS de l’avant qu’importe ce qu’il se passe dans notre vie. Il faut voir plus loin que notre désarroi.

Mon souhait est qu’à l’image de Mamie, nous n’oublions jamais l’essentiel.

Découvrez également les autres sujets traités par Clever Culture sur notre Blog

Des personnes inspirantes

Elon Musk : Un homme inspirant

Elon Musk, s’il y’a un entrepreneur qui a su associer son nom à des projets futuristes et grandioses, c’est bien lui : PayPal, Tesla, SpaceX, Hyperloop

Il y’a quelques années, j’ai entendu parler qu’une voiture un peu particulière pointait le bout de son capot. Elle serait 100% électrique (bon point), capable d’être rechargée à des bornes spécifiques gratuitement (bon point) et qu’elle proposerait dans un futur proche un système de pilotage automatique (… plus de voix … effet waouh).

www.tesla.com

Sceptique comme je suis, je me revois courir pour vérifier l’information. Mes recherches ont abouti sur une certaine société qui répond au nom de Tesla et qui propose effectivement cela. J’ai vu que cette dernière appartient à un certain Elon Musk. Le temps passe et je découvre un peu le personnage et ce qu’il fait. Des articles le comparent même à Mark Zuckerberg, Steve Jobs et Clever Culture (cherchez l’intrus ;).

Récemment, j’ai pris connaissance de sa biographie. Et la, badaboum, je vois que Tesla commercialise sa Modèle 3 et que SpaceX réussit avec succès le lancement de son vaisseau habitable (leDragon) . Le blogueur est un peu astronome, quand les planètes s’alignent, il faut faire un article.


Donnez de la visibilité à votre activité en augmentant le nombre de vos visiteurs. Découvrez notre service d’écriture d’articles.


Avant de commencer

Côté bourse

Il y’a des côtés chez Elon Musk que j’admire beaucoup et j’aime les concepts proposés par ses sociétés. Mes propos pourront paraître valorisants et c’est assumé. Cependant, je précise que je n’ai malheureusement aucune action dans ses entreprises (dans aucune autre d’ailleurs, snif).

Bourse

Sources

Comme d’habitude, je vous cite mes sources. Cet article s’appuie sur la biographie d’Elon Musk par Ashlee Vance :

Elon Musk: Tesla, Paypal, SpaceX : l’entrepreneur qui va changer le monde

Je donne également des informations trouvées sur :

Raconte moi une histoire

Il y’a une petite particularité, je n’ai pas lu ce livre mais je l’ai écouté en livre audio. Le format audio ne se prête pas à tous les livres mais pour les biographies je le trouve très bien. En revanche, personnellement je n’accroche pas à ce format pour les livres de formation (ou les bandes dessinées ha ha).

Je consomme des livres de cette façon lors de mes déplacements en voiture, lorsque je cours ou lorsque je réalise une activité manuelle (mise en place du parquet en ce moment). Je trouve génial le concept de pouvoir continuer à s’instruire dans ces situations.

Dans un blog comme Clever Culture, ce serait contre nature de ne pas en parler. Aujourd’hui, j’utilise Audible d’Amazon car je trouve la bibliothèque bien fournie et le prix raisonnable si on prend l’abonnement (sinon à l’unité, c’est clairement cher). Voici un lien si cela vous intéresse :

Je m’égare, je m’égare. Tout cela pour vous dire que les passages que je cite proviennent de ma mémoire. Je m’excuse d’avance pour leur potentielle imprécision. Une certaine torpeur m’envahit cependant à l’idée de réécouter les dix heures du livre audio pour remédier à cela.

Présentation

Elon Musk est originaire d’Afrique du Sud. Il ira s’installer au Canada à l’âge de 17 ans. Il a toujours était passionné par la science fiction et notamment par les histoires se déroulant dans l’espace. Depuis très jeune, il lit énormément et développe une culture très conséquente (Elon a suivi les conseils de Clever Culture ;), ça a plutôt bien marché pour lui). A l’école, il est considéré comme un geek. Son manque d’aisance dans les rapports sociaux en fait un garçon solitaire.

Présentation Elon Musk – Source : beeshake.com

ELon Musk fréquente les universités de Queen’s (Canada), de Pennsylvannie (Etats-Unis) puis la prestigieuse université de Stanford.

Il fut marié à deux femmes. Avec Justine Wilson, la première, il eut six enfants. Son premier enfant fut victime de la mort subite du nourrisson à dix semaines. C’est le genre d’événement dont on ne se remet jamais. Puis, il eut des jumeaux et des triplés. Il divorce après huit ans de mariage. Il se marie ensuite avec Talulah Riley, une anglaise qu’il rencontre lors d’une escapade avec un ami alors qu’il traverse une mauvaise passe. Ils seront mariés deux ans, divorceront, puis se remarieront trois ans et divorceront à nouveau.

En janvier 2017, le magasine Forbes estime sa fortune à vingt milliards de dollars. En 2016, il est conseillé de Donald Trump. Il abandonnera son poste suite à l’annonce du président de se retirer de l’accord de Paris sur le climat.

Musk est surtout connu pour être parvenu à créer et rentabiliser des sociétés innovantes.

Réalisations

Elon Musk a un beau palmarès en terme de création d’entreprises à succès.

Zip2

Sa première société, Zip2, Elon l’a monte avec son frère Kimbal Musk et un ami Greg Kouri. L’objectif était de permettre aux entreprises de média de se développer sur internet (nous sommes en 1995). Le siège de l’entreprise est un tout petit appartement qui leur sert également de logement. Elon se charge du développement des algorithmes et Kimbal fait du porte à porte pour démarcher des clients. En 1999, ils vendent la société à AltaVista et Compaq pour 341 millions de dollars. Cette vente fait suite à une manœuvre qui fait perdre à Elon la direction de Zip2 . Ce dernier mettra du temps à digérer l’affaire mais aura fait fortune.

X.com – PayPal

Il créé ensuite X.com qui deviendra PayPal. La sociétéX.com avait pour ambition de devenir la première banque en ligne. Nous sommes en 1999, Musk se heurte à énormément de barrières administratives pour encadrer légalement une banque dématérialisée. La plus grosse barrière à lever restera cependant les réticences des gens à faire confiance à internet. Souvenez-vous, il y’a quelques années, nous freinions des deux pieds lorsqu’il fallait renseigner notre numéro de carte de crédit sur internet. A force de persévérance, Elon Musk parvient à remplir son objectif et vendra, en 2001, PayPal à eBay pour 1.5 milliard de dollars. Il restera actionnaire à hauteur de 12%.

SpaceX

www.spacex.com

Ensuite, en 2002, ce passionné de l’espace créé SpaceX dont il est l’actuel CEO et CTO. L’objectif de sa vie est de coloniser Mars et SpaceX sera l’entreprise qui lui permettra d’atteindre son but. En partant de 0, il parvient à créer des lanceurs et les moteurs associés ainsi que des vaisseaux dont le lancement réussi de la version habitée (le Dragon) fait actuellement le buzz. Au démarrage, il laissera une grande partie de sa fortune dans les échecs des trois premiers lancements avant de réussir le quatrième.

Lors des débuts de SpaceX, Musk se rendit en Russie pour acheter des missiles afin d’en faire des fusées. Les négociations furent un échec et il décida d’intégrer au sein de la société l’ensemble de la chaîne de fabrication. Cela permet aujourd’hui à SpaceX d’être une société très concurrentielle et de replacer les Etats-Unis comme un acteur majeur dans la conquête de l’espace (face à la Chine et à la Russie). Enfin, la particularité de SpaceX est également de concevoir des éléments récupérables et donc réutilisables, ce qui est une première dans l’industrie aérospatiale. SpaceX ravitaille depuis 2012 la station spatiale internationale.

Tesla Motors

Ce n’est pas Elon Musk qui a fondé Tesla. La société a en effet été cofondée par Martin Eberhard et Marc Tarpenning en 2003. Musk fut, en 2004, un investisseur qui cru au développement d’une voiture performante 100% électrique. Il deviendra président de Tesla en 2008. A l’instar de SpaceX, les ingénieurs de Tesla sont également repartis de 0 pour donner vie au Roadster, la première voiture commercialisée de la marque. Tesla a réussi l’exploit d’être le premier constructeur automobile introduit en bourse depuis 1950.

Le rêve de Musk était de pouvoir parcourir les Etats-Unis gratuitement et proprement. Il développa ainsi des bornes de rechargement un peu partout (avec la technologie de SolarCity, une entreprise créée par les cousins de Musk suite à une suggestion de ce dernier). Les véhicules Tesla intègrent également la technologie en développement du pilotage automatique. Musk a souhaité révolutionner l’industrie de l’automobile, il se moqua de ses concurrents qui, en guise de publicité, étaient uniquement en mesure de proposer des démarches administratives simplifiées. Si aujourd’hui Tesla a de plus en plus de notoriété, l’entreprise a connu des débuts difficiles et peinait à honorer ses premières commandes.

www.tesla.com

Neuralink

Elon Musk cofonde Neuralink en juillet 2016. La société ambitionne de développer des composants électroniques intégrés dans le cerveau. Ces interfaces entre l’humain et la machine permettraient d’augmenter nos performances intellectuelles, de sauvegarder notre mémoire ou de communiquer sans parole (transmission de pensées). L’avancement de ces projets reste pour l’heure très obscure, en effet, l’entreprise ne communique pas sur ses travaux.

The Boring Company

Ce projet a pour objectif de supprimer les bouchons dans les grandes villes en proposant des tunnels souterrains. Le premier tunnel d’essai, long de 2.3 kilomètres et large de 4.3 mètres, a été présenté fin 2018 à Hawthorne (siège de SpaceX). Ce dernier permet de propulser les voitures à 150 km/h grâce à un système de roulettes de guidage qui se déploient de chaque côté des roues. Pour l’instant, uniquement les voitures Tesla sont compatibles mais Musk promet que l’installation de ce système sera possible sur toutes les voitures électriques disposant d’un système de guidage autonome.

boringcompany
www.boringcompany.com

Caractères

Elon Musk n’est pas un leader né. Dans le livre biographique écrit par Ashlee Vance, il est décrit comme quelqu’un qui fait passer l’efficacité et le résultat avant les rapports humains. Par exemple, il n’a pas hésité à licencier après 12 ans de loyaux services son assistante Mary Beth Brown. Après deux semaines d’absence-test de cette dernière, il réalise qu’il peut se passer d’elle et la licencie.

Musk construit et dirige des sociétés innovantes qui réalisent des choses uniques et révolutionnaires. Lorsqu’on travaille pour Musk, on travaille surtout pour des projets hors du commun. Il est à la fois détesté et idolâtré par ses salariés. Musk ne supporte pas qu’on se présente face à lui avec des problèmes sans solution à proposer. Dans ses usines, des grands bureaux vitrés sont positionnés au milieu des ateliers pour que techniciens et ingénieurs se côtoient au quotidien.

Il possède un esprit très scientifique et très logique. Ses nombreuses années de lecture et son cursus universitaire en font quelqu’un de très performant dans le domaine de la physique. Il est réputé pour donner des plannings extrêmement ambitieux et quasi impossibles à tenir. En effet, il n’intègre pas de facteurs aléatoires lorsqu’il définit une dead line.

Musk possède bien évidement une puissance de travail exceptionnelle. Il était en mesure de passer deux jours chez SpaceX, puis deux chez Tesla, puis d’aller dîner avec le président avant de revenir s’occuper de ses enfants. C’est quelqu’un de très soucieux qui dort très peu. Ses épouses évoquaient ses nombreux changements de poids en fonction des difficultés de ses entreprises.

Pourquoi le suivre

Elon Musk fait partie des hommes qui ont un but plus grand qu’eux. Pour lui, il fallait que quelqu’un sauve l’humanité et il s’est attribué cette mission. Cela passera, à sons sens, par la colonisation d’autres planètes.

Musk croit en ses rêves et en sa vision du monde. Il est parvenu à rendre possible des choses que l’humanité toute entière croyait impossible. On parle quand même d’un homme qui a créé la première banque en ligne, qui a réinventé la fusée pour la rendre réutilisable et plus accessible, qui a révolutionné le secteur de l’automobile et qui maintenant souhaite connecter l’Homme et l’ordinateur. Une plaisanterie que j’apprécie : il y’a deux types d’homme différents dans la Silicon Valley :Mark Zuckerberg qui permet à l’humanité de partager des photos de bébés et Elon Musk qui permet d’envoyer des Hommes sur Mars.

Si aujourd’hui tout semble lui sourire, il a connu des périodes très difficiles. Notamment pour permettre à Tesla et SpaceX de devenir des sociétés rentables. C’est sa persévérance hors norme qui lui a permis cela.

Elon Musk pourquoi le suivre
www.forbes.com

Certains le voient comme un visionnaire, d’autres comme un fou. A Clever Culture, on ne peut que respecter ce qu’il a construit et on ne peut qu’admirer son abnégation et ses sacrifices. Elon Musk est la preuve qu’il est possible de changer le monde en croyant à ses rêves.

« Ce n’est pas notre monde, c’est le monde d’Elon et il fait ce qu’il veut. » Ashlee Vance

Pour aller plus loin

Cet article s’inspire de la biographie d’Elon Musk par Ashlee Vance :

Elon Musk: Tesla, Paypal, SpaceX : l’entrepreneur qui va changer le monde

Je recommande cet ouvrage si vous souhaitez en savoir plus sur Elon Musk et découvrir son parcours. L’ouvrage traite de la jeunesse de Musk, de ses débuts d’entrepreneur, de ses premières sociétés et évoque sa vie privée.


Donnez de la visibilité à votre activité en augmentant le nombre de vos visiteurs. Découvrez notre service d’écriture d’articles.


Découvrez également les autres sujets traités par Clever Culture sur notre Blog.

Partagez si vous avez aimé. A très vite )

JB